Electra Glide in Blue

In A110, Alpine, Antoine Elizabé, Movies
Scroll this

Les Pères Noël ne sont pas tous habillés de rouge. Et ils ne livrent pas tous leurs cadeaux le 25 décembre. Certains adultes reçoivent leurs cadeaux dans leurs rangers quelques jours plus tard, et c’est un livreur spécialement dédié qui se déplace pour eux, tout de noir et blanc vêtu, avec de discrets liserés bleu ciel. Pas besoin de traineau, ni de rênes, car le véhicule de ce Roi Mage est le cadeau lui-même, et il faut bien ce convoyeur un peu spécial pour mener dignement ce présent à bon port.

Sonnez hautbois, résonnez musettes, la Divine Alpine est arrivée là où elle doit crécher pour quelques années : les casernes de la Gendarmerie nationale ! L’occasion est évidemment trop belle de faire parler de la marque, pour ne pas la louper. Ainsi, c’est Antoine Elizabé qui réalise ce petit spot mettant en scène le cheminement musclé de la berlinette jusqu’à son unité d’intervention rapide. On connaît déjà ce réalisateur, puisqu’on l’avait déjà évoqué à propos du film dévoilant, en mouvement, le premier prototype officiel de la Peugeot 9X8. On retrouve ici son talent, tout particulièrement dans les tout premiers plans, montrant la berlinette roulant au petit matin sur les routes du réseau secondaire provincial, terrain d’intervention de prédilection de la Gendarmerie nationale, et chasse gardée de l’A110, qui trouve là, mieux que sur les autoroutes auxquelles les BRI vont la destiner, un terrain de jeu sur lequel elle puisse donner toute sa mesure. Cet environnement permet aussi de déconnecter cette partie encore respectée des forces de l’ordre que constitue la Gendarmerie, qui ne subit pas la mauvaise presse dont souffre son alter ego urbaine, la Police.

Ici, c’est dans la campagne française que l’éclairage intermittent du gyrophare ravive les huit1 flammes de la grenade, symbole depuis 1795 de ce corps d’élite. Résolument rurale, la mise en image de cette livraison un peu spéciale fait la part belle aux éclairages féériques produits ici par le flash lumineux bleu, et aux résonnances mélodiques du deux tons et des montées en régime dans la campagne encore endormie.

Et c’est ainsi qu’au petit matin, les enfants sages de cette unité de gendarmerie découvrent non seulement leur nouveau jouet, mais aussi l’équipage particulier qui s’est déplacé tout spécialement pour le leur livrer : Esteban Ocon en personne, dont Alpine peut réinvestir le succès inespéré que constitua, sur la saison 2021, sa victoire en Hongrie, et le patron d’Alpine en personne, Laurent Rossi qui sur le siège passager accompagne le pilote jusqu’à la livraison de ce véhicule d’interception.

Certains clients font l’objet d’une attention toute particulière. Il faut dire que rares sont les clients qui commandent vingt-six modèles d’un coup. On peut se permettre d’être aux petits oignons de ce genre d’acheteur. On mesure aussi combien la communication doit marcher sur des œufs pour faire ainsi la promotion de la marque en créant un lien avec ceux-là mêmes qui sont censés limiter les élans d’enthousiasme des conducteurs, au moment où leur pied droit pourrait être tenté d’élancer le quatre cylindres vers ces régimes où il chante un peu plus haut. On devine aussi le genre de réflexion auquel les équipes de comm’ ont dû se livrer pour éviter que l’A110 soit, ainsi, associée mentalement à la façon brutale dont les forces de l’ordre ont pu, ces dernières années, traiter les citoyens de ce pays. Mais le fait de plonger l’Alpine dans la province, de la faire évoluer sur ce type de territoire qui échappe aux désordres de la vie urbaine, et d’ancrer ainsi la Gendarmerie sur cet espace géographique qui est, institutionnellement et historiquement le sien, permet d’éviter justement cet amalgame. Au final, le petit film d’Antoine Elizabé parvient à tisser ensemble les fils de la renommée d’Alpine, du lien qui unit la Gendarmerie à la population française d’un côté, et aux forces d’élite de l’autre, et des succès hexagonaux dans les sports mécaniques.

On va décidément donner à Antoine Elizabé un rond de serviette sur ce site, car il fait du rudement bon boulot. Ce n’est pas tous les jours que la Gendarmerie, tout en recevant son cadeau, nous en fait un par la même occasion. Les temps étant ce qu’ils sont, profitons donc de cette parenthèse enchantée et insouciante. Ce n’est pas Noël tous les jours.


1 – Pour la petite histoire, si la grenade de la gendarmerie se voit parée de huit flammes, c’est pour la distinguer du symbole de la légion étrangère, qui en comporte sept. Sur la grenade symbolique des sapeurs-pompiers, on en compte neuf.

Please follow and like us:

6 Comments

  1. Une bien sympathique vidéo qui a vite fait réagir certains qui se soucient du bon usage de leurs impôts !
    Heureux gendarmes qui vont pouvoir goûter à cette fascinante berlinette. Le père Noël m’ apporté quasiment la même, simplement réduite 18 fois 😀

    J’en profite pour te souhaiter une bonne année, comme cela se fait en ce moment.
    As-tu des projets particuliers pour ce blog pour 2022 ? Ou va-t-il continuer à tracer sereinement sa route à travers l’actu et les jolies images de l’automobile ?

    Autre question : que penses tu de l’actualité (riche) des marques auto chinoises ?
    Suivant depuis peu quelques comptes Instagram présentant les nouveautés, ainsi que le site https://carnewschina.com (dont j’apprécie le ton souvent narquois), je trouve leurs propositions de plus en plus séduisantes. Si le SUV règne en maître là-bas aussi, les berlines continuent à avoir la côte (une Geely Preface pour remplacer mon actuelle !). La fiscalité a engendré une offre électrique prolifique et hétéroclite.
    Sans compter les curiosités locales:
    https://carnewschina.com/2021/12/14/wuling-mini-ev-cabrio/
    https://carnewschina.com/2021/12/10/autonomous-dining-cars-are-getting-popular-in-china/
    https://carnewschina.com/2021/11/30/always-wanted-a-4-door-c1-chevrolet-corvette-sedan-china-got-you-covered/
    https://carnewschina.com/2021/11/26/production-ora-ballet-cat/

    Bref, je serais curieux de découvrir ton regard sur cet empire mécanique, s’il t’inspire évidemment.

    Bonne rentrée.

    Xavier

    • Merci pour ces voeux et ce retour, Xavier !

      C’est marrant que tu évoques l’automobile chinoise. Ca me semble être l’angle mort de mon regard sur l’automobile, dont je me dis souvent qu’il faut que je le comble, afin de ne pas passer à côté de ce qui est en train de se jouer là-bas. Car s’il y a des initiatives qui peuvent prêter à sourire, ne serait-ce que dans leur façon de singer sans vergogne des modèles existant, il y a aussi des créations intéressantes et, même, attirantes. Ainsi, si j’avais eu le temps cette année, j’aurais rédigé un article sur la façon dont Xpeng, avec sa P7, a dessiné quelque chose qui paraît presque constituer l’enfant illégitime d’une Tesla Model S et d’une Citroën C6. Cet enfin me semble marquer l’arrivée d’un design chinois qui gagne en maîtrise, et qui commence dès lors à faire envie.
      Je vais regarder les liens vers lesquels tu me diriges, ça va peut être me convaincre de passer à l’acte !
      Pour le reste, je compte bien me laisser aller aux rêveries suscitées par la rencontre le plus souvent hasardeuse avec des formes qui suscitent « quelque chose » en moi. Tout simplement !

      C’est un beau cadeau que le Père Noël t’a fait, cette berlinette est décidément réussie et elle doit constituer un bel objet, même en version réduite.

      Je te souhaite, moi aussi, une année 2022 pleine d’accomplissements et de plaisir. Et parmi ces plaisirs, celui de te savoir lecteur, et correspondant !

      Très cordialement,

      Jean-Christophe

  2. Plaisirs partagés !

    Ce marché chinois semble bien loin et un peu mystérieux, les attentes et approches de la population étant un peu différentes des nôtres, même si elles tendent a se rejoindre.

    En dehors des modèles européens ou américains construits en joint-venture, un vent de modernité semble souffler sur les gammes des constructeurs. Ces dernieres sont encore un peu hétérogènes, certains modèles faisant datés face aux nouveautés (Changan Uni-k et -v, Geely Proton, Gac S5, Byd). Mais des marques comme Zeekr (aka LynkandCo chez nous) ou Nio présentent une unité de design coherente dans leur gamme, grâce à leur jeunesse.
    Plus près de nous, MG semble cartonner, avec les lignes classiques du ZS et du EHS. Le Marvel R confirme ce succès Et la MG5, qui va être le premier break électrique proposé en Europe devrait pouvoir accueillir la cage de ton chien sans problème !
    Enfin, l’ambitieux vietnamien Vinfast promet de débarquer prochainement, avec une page déjà en français sur son site.

    Il va falloir compter avec eux. La fameuse invasion tant redoutée dans les années 2000/2010 et qui n’est jamais arrivée, s’est muée en discrète infiltration, aidée par la « révolution » électrique.

    Navré pour ce pavé posé au milieu de ton blog 😀

    Juste de quoi peut-être te donner envie d’aller jeter un oeil par dessus la muraille.

    Xavier

    • Je vois que tu t’y connais bien plus que moi-même ! J’ai l’impression d’avoir tout à apprendre sur ce continent : les goût, les attentes, les références, mais aussi les noms des marques et modèles, que j’ai un peu de mal à mémoriser j’avoue. Peut-être que, à la différence des marques occidentales, je n’arrive pas à discerner un rapport à une forme d’histoire, alors que c’est souvent ce qui m’intéresse dans l’automobile. Mais c’est un manque d’habitude, un manque de culture, finalement !

      Et j’avoue avoir du mal à regarder ce qu’est MG aujourd’hui. Précisément parce que je n’arrive pas à voir dans la marque actuelle la continuation de ce qu’elle a été par le passé.

      Enfin, aucune inquiétude pour le pavé posé là, les commentaires sont là pour ça !

      JC.

  3. Je suis le compte cnauto99 sur Insta, qui permet d’apprendre les marques et modèles. Mais il est difficile d’avoir des infos supplémentaires, ou de s’imprégner réellement de la culture automobile chinoise.

    A bien y réfléchir, j’ai bien peur que tu n’y trouves pas vraiment à dire…

    MG n’a effectivement plus d’anglais que le nom, le groupe SAIC, actuel propriétaire l’a utilisé pour pénétrer le Royaume-Uni, et le reste de l’Europe désormais. Et un roadster ne semble pas être dans leur plan-produit…

    • Je vois, tous les matins en allant prendre le transilien, un SUV MG, et à chaque fois ça m’attriste un peu, ces lignes sans inspiration, ce format, cet intérieur sans âme, cette conception générale tout simplement banale. J’ai envie de laisser un mot sur le parebrise demandant à ce que ce véhicule soit garé hors de mon trajet à pieds 🙂

      J’ai commencé à suivre ce compte Instagram, je vais essayer de m’accrocher. J’ai l’impression qu’on est encore dans une phase transitoire, mais on voit bien que les marques chinoises se cherchent de moins en moins : manifestement, elles sont en train de se trouver. Et on mesure peut être mal l’impact que ça pourrait avoir sur l’industrie et la culture automobile mondiale.

Submit a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error

Une envie d'encourager ce blog ? Faites-en la promotion !

Follow by Email
LinkedIn
LinkedIn
Share
Instagram