The Road to nowhere

In Clips, Décibels, DS, DS7
Scroll this

En fait, plus j’observe les photos à moitié volées du DS7 Crossback, et plus ça me fait penser à cette chanson du groupe Talking Heads, Road to nowhere. Le titre, à lui seul, exprime l’impression que me laisse cet engin. 

Parce que, finalement, qu’est ce qui transpire à travers le look massivement consensuel de ce SUV ? La volonté de vendre, et la volonté de faire du chiffre de vente le critère qui dominera tous les autres. Problème : la consommation en elle-même ne mène nulle part ailleurs que la perpétuation sans fin de la consommation. Sans fin ? C’est ce que le monde de la marchandise aimerait nous faire croire. Mais les ressources sont limitées, et l’argent l’est aussi. Nous ne consommerons donc pas éternellement. Ainsi, vendre le plus possible, dans la mesure où cela dépend d’une consommation qui ne peut pas être infinie, c’est un objectif qui, au regard de l’histoire, est forcément à court terme, si tant est qu’il soit atteint. 

C’est en tout cas le plus sûr moyen de ne laisser aucune trace dans l’histoire. 

C’est ce dont il s’agit, dans cette chanson. Les objectifs illusoires, le paradis en ligne de mire, rien que ça. Le pire, c’est que la consommation, selon son principe du « tout, tout de suite », ne peut même pas être considérée comme une utopie. Elle n’est, d’ores et déjà, qu’un néant. Et elle ne sera, au bout du compte, qu’anéantissement. 

Ainsi, une marque qui n’aurait pour objectif que la vente massive, et qui ne concevrait ses produits que dans cet objectif ne laisserait de son passage sur Terre qu’un immense tas d’ordure, ses produits se remplaçant les uns les autres sans fin, sans autre perspective qu’être jeté pour laisser la place au suivant. Si on regarde bien ce que sont les modèles mythique de l’histoire de l’automobile, ce sont souvent des échecs commerciaux, ou des voitures de diffusion confidentielle. Le génie n’est que rarement reconnu d’emblée comme tel, Que Peugeot fasse majoritairement des voitures qu’on oubliera, ça peut se comprendre. La 207 tombera dans les oubliettes, et il est normal qu’il en aille ainsi. Mais DS porte le nom d’un modèle qui restera dans l’histoire non pas pour ses chiffres de vente, mais pour ce qu’il fut, et pour ce qu’il est encore : une oeuvre d’art. Voir cette marque, avec ce nom, tomber dans une attitude absolument commerciale, c’est évidemment contempler quelque chose qui ressemble, sinon à un désastre, du moins à un abandon, à une réddition. 

Dernier détail : le 27 Juillet 1985, Road to Nowhere des Talking Heads pointait à une modeste 33ème position au classement Billboard. En tête de classement, on trouvait cette semaine là le Power of love de Huey Lewis & the News (dont on ne se souvient que parce que c’est la musique de Retour vers le futur). On tient là la différence entre un succès commercial et une vraie proposition musicale. Les Talking Heads ont marqué l’histoire de la musique pop, Huey Lewis est anecdotique. Aux dirigeants de DS de savoir où ils pensent devoir se situer. 

https://genius.com/Talking-heads-road-to-nowhere-lyrics

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *