Point Ligne Plan

In A7, Constructeurs
Scroll this

Puisqu’on évoque Audi, et puisqu’on a été un peu critique envers le dessin de la dernière A6, rendons un peu justice aux designers de la marque, puisque, tout de même, leur travail de recherche a donné lieu, dans l’histoire de l’automobile, à des moments dont de nombreuses autres marques se sont inspirées quand elles ont dû, elles aussi, conjuguer leurs formes à l’esprit de la modernité, avec plus ou moins de bonheur. 

Il se trouve que, de temps en temps, la marque publie des petits cours de design à l’usage de ceux qui ont envie de comprendre comment sont dessinés certains de ses modèles. Et au-delà du caractère évidemment promotionnel de ces vidéos (on devine que la clientèle Audi est plutôt cultivée, tout simplement parce qu’elle est riche et que les choses sont ainsi faites que les plus riches sont ceux qui accèdent le plus facilement à la culture (donc, il ne s’agit pas de dire qu’ils ont un quelconque mérite à être plus cultivés que la moyenne, ni de dire que les plus modestes sont porteurs d’une essence qui les rendrait inaptes à la culture, c’est juste que pour eux il y a un effort à produire, et des obstacles à franchir. Bref)), il y a un petit intérêt à voir comment la marque décrit son propre vocabulaire de formes. 

Evidemment, on aimerait que ces vidéos aillent un peu plus loin, en évoquant non pas les qualités de ce design, mais aussi les concessions que les dessinateurs ont dû faire pour rendre industrialisable et utilisable la ligne qu’ils avaient imaginée tout d’abord. Parce que le design se tient à la frontière du pratique et de l’idéal, du concret et du spéculatif, de l’utile et de l’esthétique. Et, bien sûr, ce point, qui est sans doute le plus important, n’est jamais évoqué dans ce genre de communication. 

Mais tout de même, voir stabilitées ainsi les lignes de l’A7 de 2012 permet de mieux en saisir les proportions, les principes directeurs, et de mieux la regarder quand on la voit dans la rue. Ca permet aussi de réaliser combien certains principes de construction des lignes ont été mis de côté, depuis, pour dessiner la nouvelle A6, dont l’inclinaison particulière du haut des flancs, qui permettait d’accrocher la lumière d’un bout à l’autre de l’auto. 

C’est, enfin, l’occasion de réaliser qu’on préfère la face avant de cette première mouture de l’A7 à la nouvelle, qui semble moins évidente, moins gracieuse, moins achevée finalement. 

Submit a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *